Après le sans soutif, oser le sans culotte ?

Jour sans, femme sans culotte
Fesses à l’air sous sa robe : bonjour la liberté !

C’est l’été, saison bénie où l’on peut sortir peu couverte, et profiter d’agréables sensations permises par dame Nature. Avec peu de vêtements sur soi, on offre facilement sa peau au soleil, aux caresses de la brise, et notre sensualité, plus que jamais à fleur de peau en période estivale, ne demande qu’à s’épanouir en toute liberté. Pourquoi ne pas en profiter pour tenter occasionnellement le “sans culotte” ?

Le mouvement féministe #NoBra revendiquant l’absence de soutien-gorge et la liberté des seins (lire notre article) connaît un succès croissant dans le monde occidental. De plus en plus de femmes profitent de l’été pour s’y essayer, expérimentant l’agréable sensation d’évoluer poitrine nue sous leurs robes ou leurs sweats. Mouvement de fond ou non, l’avenir le dira, mais toutes celles qui essayent – y compris l’auteure de ces lignes ! – deviennent vite accro à la sensation de liberté retrouvée que procure l’absence de soutif, et peu d’entre celles qui tentent l’aventure ont envie de revenir en arrière au bout de quelques semaines de pratique.

Dans ce même esprit de désir de liberté et de connexion avec des sensations de plaisir simple et hédoniste, pourquoi ne pas profiter des beaux jours pour tenter de bousculer encore plus les conformismes, et d’expérimenter encore plus de liberté et de proximité avec son corps, en s’amusant à tester le #NoPants (sans culotte) ?

Wow, quelle audace !, diront certaines.

Que nenni, répond le sexologue : il s’agit aussi d’un exercice sexologique !

Le Jour sans culotte : un exercice sexologique efficace !

D’un point de vue sexologique, à l’Eveil sensuel, cette pratique est en effet bien connue : on l’appelle “Le Jour Sans”. Et oui, il s’agit  d’un exercice donné à certaines patientes durant leur thérapie ! Celui-ci consiste à s’abstenir de porter une culotte durant toute une journée, du lever au coucher… et bien sûr de sortir prendre l’air et de s’activer autant que possible. Tout ce que vous avez à faire dans la journée, vous le faites sans culotte : balades, courses, sorties, voire travail, etc. Le plus souvent, cet exercice est donné à des femmes qui ont peu de libido, peu d’imaginaire érotique, ou qui sont déconnectées avec leur dimension corporelle. La pratique du Jour Sans  leur permet de découvrir qu’il est possible d’éveiller ses sens, de s’amuser avec son corps, et de prendre du plaisir à travers un petit jeu inoffensif mais dont les effets sur la psyché sont puissants.

Notre traité de sexologie pratique sensuel décrit les vertus de cet exercice avec plus de précision :

“Pour cet exercice comme pour d’autres, considérez les choses sous l’angle du jeu. N’oubliez pas que, s’il y a dans la sexualité les dimensions amoureuses et sensuelles, la dimension ludique est aussi présente. (..) La thérapie est l’occasion de chercher à élargir le champ de ses plaisirs. L’érotisme est un jeu très agréable à pratiquer entre adultes. Il comporte des variantes infinies, et chacun et chacune peut en inventer de nouvelles, avec des règles spécifiques variant selon les désirs et la personnalité des individus. L’important dans cet exercice est donc de chercher à se procurer des émotions et du plaisir, au delà de la simple pratique de la sexualité.

Un geste simple, qui procure une intense et immédiate sensation de liberté !

Tromper la vigilance du Surmoi

C’est aussi et surtout un exercice très utile (…) car il permet de commencer à familiariser votre Surmoi avec un comportement sensuel qui ne lui est pas familier, sans qu’il en ait immédiatement conscience. Le Surmoi est en effet une entité un peu bornée, réagissant sur un mode binaire. Le Surmoi ne connaît pas les nuances: soit il est d’accord avec votre comportement, et il vous laisse faire ; soit il n’est pas d’accord et fera tout pour s’y opposer, notamment en implantant dans votre raisonnement un point de vue moralisateur. L’exercice du Jour sans permet de tromper la vigilance du Surmoi en lui faisant considérer que la pudeur, sa chasse-gardée préférée, n’est pas menacée puisque vous persistez à être vêtue “décemment” – ce qui est une réalité objective puisque votre apparence extérieure reste irréprochable. Pour votre Surmoi, sa toute-puissance n’étant pas attaquée frontalement, le Jour sans n’est pas une vraie menace, à peine est-il un peu titillé par la sensation nouvelle de liberté que vous procurera l’absence de sous-vêtement. Ce qui explique pourquoi l’exercice est efficace, aussi bien pour attaquer les premiers contreforts du Surmoi, que pour mettre la patiente en situation de commencer de lutter contre ses résistances élémentaires.

Retrouver le goût du jeu

La Méthode consiste en un franchissement progressif d’étapes, et le but de la patiente est de parvenir à les franchir doucement, presque sans s’en rendre compte. (…)

Attention tout de même aux coups de vent imprévus !

Pour réaliser cet exercice, rien de plus simple: vous vous habillez le matin comme les autres jours, impérativement en robe, jupe ou tailleur (pas de pantalon évidemment ce jour-là). Et vous vous abstenez d’enfiler une culotte. Concrètement, pour débuter, choisissez une robe ou une jupe droite qu’un coup de vent ne risquera pas de soulever. Faites l’effort de ne pas la choisir trop longue, sinon l’exercice n’a ni intérêt, ni efficacité. Elle peut tomber au niveau du genou, mais pas sur les chevilles.

Il est possible après tout que vous ayez déjà pratiqué cet exercice car, rappelons-le et soyez-en bien persuadée si c’est votre première expérience, de nombreuses femmes le font sans que personne ne le sache. Vous en croisez certainement dans la rue, et qui sait même, statistiquement c’est possible, dans votre entourage professionnel ou amical. Les femmes qui le font ne sont pas des perverses; elles s’amusent avec leur corps et avec leurs sensations, elles se procurent des émotions en jouant à l’un de ces innombrables petits jeux d’ordre érotique que certains adultes à l’aise avec leur libido affectionnent.”

Des petits jeux pour une libido au top

Vous le constatez à ces dernières lignes, pas besoin d’être en thérapie sexologique pour expérimenter les vertus du Jour Sans ! L’été, de nombreuses audacieuses à l’aise avec leur corps et leur sensualité se promènent volontiers sans culotte, sans que personne ne le sache ou le remarque. Normal que ces femmes-là n’aient pas besoin de thérapie sexologique, puisque le simple fait de pratiquer le #NoPants (sans culotte) est signe de leur grande liberté des sens. Et il est plus que probable que celles qui pratiquent le #NoPants pratiquent également le #NoBra. D’où l’équation quasi scientifique #NoBra + #NoPants = sensation de liberté totale = libido au top !

Merci de partager !
Email21
Facebook0
YouTube127
YouTube
A propos de Eliza ES 4 Articles
Etudiante en sexologie, asistante du sexologue de l'Eveil sensuel. Chargée de la rédaction d'articles de blog pour le site, et de l'animation de nos comptes réseaux sociaux (Facebook et Twitter).

3 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*