Le clitoris, organe magique !

Le gland du clitoris n’est que la partie émergée de l’iceberg !

Si, comme on se plaît à le répéter, la femme possède une plus grande capacité au plaisir sexuel que l’homme, c’est sans doute parce que la nature l’a dotée d’un organe quasi miraculeux dont le genre masculin est dépourvu : le clitoris.

En effet, le processus d’excitation sexuelle de l’homme est anatomiquement très simple : il lui suffit d’avoir le pénis durci, et de se caresser manuellement la verge par des allées et venues exercées sur un rythme soutenu. La masturbation masculine est certes agréable, mais n’a rien à voir en intensité avec ce que la femme peut éprouver lorsqu’elle manipule son clitoris. De plus, alors que l’homme se contente souvent d’un orgasme unique (1), la femme peut en reproduire plusieurs consécutivement… grâce à la magie du clitoris, organe infatigable !

Pour se représenter le clitoris, l’image la plus adéquate est celle de l’iceberg : ce petit bouton qui durcit facilement sous vos doigts lorsque vous l’effleurez et titillez n’est qu’une infime partie d’un organe bien plus grand qu’on l’imagine : se prolongeant sous l’épiderme de part et d’autre des grandes lèvres et s’étendant jusqu’au périnée, l’ensemble gonfle durant l’excitation, un peu à la manière du pénis qui se gorge de sang avec l’érection. Lorsque vous touchez ce « bouton magique », c’est donc l’ensemble de l’organe qui est sollicité, et non seulement sa minuscule partie visible.

De plus, à la différence du vagin, le clitoris est parcouru de nombreuses terminaisons nerveuses, qui le rendent hypersensible aux caresses. C’est pourquoi, ne serait-ce que par l’excitation du clitoris, toutes les femmes sont anatomiquement aptes au plaisir.

Insensibilité et hypersensibilité
Les cas de réelle et totale insensibilité du clitoris sont rarissimes, et traduisent dans la majorité des cas des problèmes d’ordre psychologique et des résistances ancrées de longue date, lesquels ont contribué à fixer ce type de blocage. Idem pour les cas — inverses — d’hypersensibilité. Comme l’ensemble des troubles du désir féminin, ces deux particularités peuvent donc aisément être traitées par une thérapie comportementale comme celle de l’Éveil Sensuel.


(1) Certes, de nombreux hommes — notamment jeunes ! — sont capables de quelques orgasmes répétés, après un temps de récupération. Mais seules les femmes sont capables de les enchaîner.
Merci de partager !
Email21
Facebook0
Twitter84
YouTube0
YouTube
A propos de Olivier, eveilsensuel 11 Articles
Sexologue de l'Eveil sensuel

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*