Les dangers du soutien gorge

Dangers du soutien gorge
Les femmes qui osent refuser le soutien-gorge s’en portent beaucoup mieux, selon de nombreuses études.

Depuis quelques années, le port systématique et quotidien du soutien-gorge semble être de plus en plus remis en question. On parle même de dangers du soutien gorge. Alors, faut-il s’inquiéter, mettre au rencart tous ses soutifs et se balader seins nus sous ses vêtement au quotidien ? A vous de vous faire votre opinion à partir des sources que nous vous indiquons !

Le soutien gorge, ennemi de la fermeté des seins ?

Selon certains avis médicaux, en effet et contrairement à une idée majoritaire répandue chez les femmes, le port régulier et quasi permanent du soutien-gorge serait possiblement loin d’être aussi inoffensif qu’on le pense : par la contrainte et la compression qu’il exerce constamment sur les seins et la glande mammaire, le soutien-gorge entrave la circulation normale de la lymphe et favoriserait à la longue diverses pathologies,  comme des kystes douloureux, diverses réactions cutanées désagréables, et jusqu’à certains cancers.

En revanche, l’absence de soutien-gorge favoriserait la fermeté des seins, notamment en faisant travailler les ligaments de Cooper responsables du maintien naturel de la poitrine.

dangers du soutien gorge

C’est en tout cas ce que démontrent de nombreuses études, dont une française, réalisée par un médecin sur la base de l’observation de cas de nombreuses patientes au fil des ans. Cette étude abondamment documentée sous forme de Powerpoint vous donnera matière à réflexion.

Une version web est également disponible : soutiengorge.info

Ainsi qu’un site fait par des femmes françaises, militantes pour la la liberté des seins : freetheboobies.fr

Alors, intéressée par ces lectures ? Serez-vous également convaincue des dangers du soutien gorge, et vous sentez-vous prête à tenter l’expérience libératoire du “sans soutif”, du “NoBra” ? Ou pas ?

Libre à vous d’en discuter en commentaires, ici ou sur notre page Facebook 😉

Merci de partager !
Email21
Facebook0
Twitter84
YouTube0
YouTube
A propos de Eliza ES 4 Articles
Etudiante en sexologie, asistante du sexologue de l'Eveil sensuel. Chargée de la rédaction d'articles de blog pour le site, et de l'animation de nos comptes réseaux sociaux (Facebook et Twitter).

12 Comments

  1. J’ai du arrêter de porter un soutif aux consignes de mon médecin traitant, avant un problème de mycoses mal-soigné par un autre médecin.
    Malheureusement, en rdv d’urgence, après j’étais violée, le médecin m’a prise pour une prostituée et n’a rien fait pour m’empêcher d’attraper le Sida etc, et j’ai dû attendre 3 mois pour une deuxième prise de sang pour trouver que je n’ai rien attrapé.

    • Bonjour, merci de votre témoignage intéressant et surprenant : si vraiment un médecin vous a traitée de la sorte car vous ne portez pas de soutien gorge, c’est parfaitement inadmissible et vous devriez au moins en parler à une association féministe. Triste de constater que l’obscurantisme patriarcal fait encore recette de nos jours. Bon courage… et continuez le NoBra 😉

      • Merci pour votre réponse.
        Encore pire, même que l’homme a foncé son pouce dans ma cuisse avec suffisamment de force pour écarter mes jambes, mettant les muscles en entorse qui m’a fait boîter, il n’y a rien noté dans le dossier. L’homme était arabe, et musulman (buvant l’alcool et mangeant le porc même pendant Ramadan), et le médecin musulman et Arabe, lui aussi. Moi, blanche, chrétienne avait automatiquement tort. Finalement, avant un rdv avec un bon médecin légiste quelques semaines dans le même hôpital, il était choqué, mais en lisant le report, il a balayé l’évènement parce qu’il était d’un autre département, et formé dans une autre faculté de médecine. La gendarmerie a refusé d’accepter la plainte à cause de fait le constat n’était pas dans le format qu’il faut, et le médecin a refusé de faire comme il faut dû au manque d’une réquisition en bonne et due forme.
        Ca m’a donné aucune confiance dans la service de médecin légiste ni dans la gendarmerie.
        Il y a la liberté, l’égalité et, malheureusement, la fraternité. Peut-être c’est temps pour un peu de la sororité, aussi.

  2. 2 ans que je pratique le nobra et pas question de retour en arrière. Mes seins pourtant assez lourds ont même retrouvé une fermeté étonnante. N’hésitez pas lancez vous !

  3. je profite moi aussi de l’été pour tester, je suis assez bien pourvue et jusqu’à présent tout se passe bien jamais eu aucune réflexion. quelle sensation de bien être et de liberté, je pense continuer le nobra cet hiver

  4. Je profite de l’été pour tester et j’ajoute meme parfois le sans culotte. Sensations de liberté incroyables et petite excitation permanente qui booste bien ma libido (ainsi que celle de mon homme😁)
    Génial 😃😄👍

  5. je connais le mouvement Freeboobies et suis en train de tester depuis qq jours. je crois que je vais adopter, mais je suis assez peu pourvue pour ma part donc c’est a peine si ça se remarque. mais quel plaisir de ne plus se sentir comprimée, et quelle sensation de liberté, je conseille d’au moins essayer 😉

    • Il suffit de se décider à franchir le pas, et d’apprendre à assumer au fil des jours. Les femmes “NoBra” sur cette page sont assez généreusement pourvues et ont l’air à l’aise dans leur corps. Je teste aussi depuis peu 😉

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*